• 20/03 El Bolson

    c'est sous la pluie que nous quittons notre campement, direction El bolson, village hippies des années 70, et capitale de la bière. on choisi d’ailleurs un camping qui s'appelle "la cerveza", 180pesos pour deux nuits avec 4 bières artisanales offertes, et luxe suprême "une machine a laver", wifi, aires pour les chiens et douches bouillantes. Journée a rien faire, enfin presque, on monte la tente en 2/4/6 sous la pluie, on apprend a faire marcher la machine, on skype, on surf sur le net et petite bière artisanale, et pour finir resto dans le camping.

     

     


    Nous optons pour une pizza, il parait qu'ici, en Argentine, elles sont excellentes, influences italiennes oblige. La serveuse demande si on en veut une entière chacun? oui bien sur, elle nous précise qu'elles sont grandes, on crois qu'elle nous a pris pour des petits joueurs. Ouais bah on est des petits joueurs, elle arrive avec 2 énormes pizza et une tonne de fromage dessus, nos têtes en disent long, heureusement ils font doggy bag.

    On se force( un peu) a manger 4 parts chacun, elles sont délicieuses et très différentes de celles de France. pour info quand ils mettent: 1/2 sur le menu il faut prendre 1/2;
    C'est plus que rassasier que l'on regagne nos pénates avec un bon mal de ventre en perspective et au moins 2 repas en plus.


    21/03 foire artisanale


    la nuit a été courte, il a fait très chaud dans le van. Après avoir fait les dernières lessives, on part pour la foire artisanale d'El Bolson. Effectivement beaucoup de "rasta" tiennent des stands de bijoux, vêtements, confitures, artisanat en bois...L'ambiance est très sympa. De retour au camping on réchauffe la pizza, et il en reste encore, sieste et mécanique( tentative de purge du système de refroidissement), on ré-essayera une autre fois.


    22/03

    Nous plions la tente et s'est reparti vers le sud. Nous roulons bien, environ 250km dans la journée, on se trouve un bivouac sympa près d'une rivière.

    23/03 Que mierda!!!!!

    On décide de repurger le système de refroidissement, on est comme ça nous, têtu jusqu'au bout, c'est parti scooby a le cul en l'air et la purge semble fonctionner.
    On repart tranquille, il chauffe pas, ouf, mais ouf de courte durée, car apres la sieste, on repart de bonne humeur, mais Arnaud a un doute, coupe la musique et là la mierda commence: le ventilo ne fonctionne plus.Et sans ventilo plus de voyage.Là le moral descend plus bas que les chaussettes, les scénarios s’enchainent dans nos tetes. On continue comme on peu et là d'un coup le voyant de batterie se met a clignoter et vous savez quoi? On est samedi soir! Changement de route, direction Sarmiento ( ville et détour pas prevu mais on a l'habitude), on trouve un garagiste, mais ce n'est pas sa spécialité, Arnaud se tente à vérifier le fusible, et le casse en le démontant (va t on en retrouver).
    On est maudit ou quoi? STOP.
    Bon on trouve un camping pas cher, on pose la tente, que peut il nous arriver ici?
    1 : se faire manger par un ours?
    2 : dépouiller par des lutins?
    3 : avoir un chien de 40 kg qui n'a pas son gabarit en tête et qui nous renverserai la table avec notre petit apero?
    4 : ou les 3?

    bon bah pas d'apero ce soir et pourtant on en aurait eu grand besoin.
    On avait presque oublié qu'on etait samedi soir mais une bande de jeunes, musique a fond et un mariage sur le site, nous le rappel.

    24/03 joyeux anniversaire helene

    Dodo jusqu’à 10h, même pour Foy. journée rien a faire, la colère est retombée, ce sera un dimanche comme a la maison, TV et lecture, et prière pour qu'on trouve un mecano.

    25/03 Le verdict

    nous partons a la recherche d'un mecano, et c'est mal parti, jusqu'a  notre rencontre avec Fernando, un gars qui a deja eut 2 combi et qui est passionné, il nous emmene voir un autre garagiste, RDV a 15h30 chez Julio...
    tout nos espoirs résident en lui , aller Julio on croit en toi.
    a ce stade c'est on continue ou on rentre mais ce que l'on veut c'est une réponse.
    Bon les amis, un peu de mécanique et là c'est du direct.

    Ici Hélène, reporter en direct pour "poissar.tv" de chez Julio 445 avenue du paraguay, Sarmiento. Julio siffle ca doit pas etre grave, après avoir vérifié les fusibles, et grillé un lui aussi, il s'attaque au ventilo avec une batterie branchée en direct, il met le ventilo en marche forcée... VROUMM, le plus beau bruit qu'on est entendu. Apparemment c'est un court circuit dut au ripio, et on doit encore se taper le reste de la route 40, non asphaltée bien entendu. Verdict pour le ventilo: un fil casse mais surtout la sonde de température qui est morte. introuvable ici, donc il la shunt avec un fil.

    Pour la batterie, resserrage de la courroie de l'alternateur.
    Bilan avec ses bricolages tout a l'air de rentrer dans l'ordre.
    ON CONTINUE et le voyage et une bonne journée.
    Sur le chemin des courses, on recroise Fernando qui s'enquiert de la santé de Scooby et nous invite pour le café. C'est là encore une superbe rencontre, Fernando et sa famille son plus qu'adorable, son épouse Valeria nous prépare des beignets( une tuerie), lui nous montre ses photos de van, de pêche et nous emmène voir son "pitchi" ( tatou de petite taille) qu'il souhaite nous offrir comme porte bonheur, nous devons le refuser douanes oblige. Nous avons passe une trés bonne soirée, échange de mails et de photos, et nous repartons avec une calebasse a maté, gentiment offerte.



    26/03 Comodoro rivadavia

    Avant de partir voir Julio, car le resserrage de courroie n'a rien change au voyant de la batterie, nous rencontrons un couple de belges, qui eux aussi nous conseille la "caretera australe". à voir. Arrivé chez Julio, il vérifie le régulateur de l’alternateur, le change par un modèle de camion, et nous déconseille la route 40.
    Nous voila reparti trés confiant vers la cote Est, trop confiants. Au bout de 100km, le voyant qui ne clignotait plus s'allume mais en continue. Nous voila parti a la recherche d'un électricien auto dans cette grande ville et c'est Juan qui nous changera exactement la même pièce que ce matin ( probable défaut d'usinage)... Ca a l'air de tenir.
    après quelques km on passe Caleta Olivia et là une colonie de LOBOS MARINOS( lions de mer) nous attend. Ils sont là affalés comme des larves sur la plage, énormes (ce qui rappel a Arnaud un certain ami breton), d'ailleurs les mâles ont une tête énorme (dixit Hélène). Ils sont là a quelques mètres de nous, on les voient, on les entend et on les sent. on y passera la nuit.


    27/03 puerto san Julian

    arrivée a puerto San Julian, petite ville côtière, où nous poserons nos valises et le van à quelques mètres de l'eau ( 7 m exactement). La cote n'est pas sans rappeler la bretagne ( avec le soleil en plus), et on y découvre des quantités impressionnantes d'huitres pétrifiées (Ingrid t en veux une pour ta collection??), et des moules..... qui ne demandent qu'a atterrir dans notre fait tout avec du vin blanc et des frites!!! On se renseigne auprès d'un pêcheur, qui nous dit  -" oui si tu veux mourir tu peux en manger" grâce à ses quelques conseils judicieux : nous n'en mangerons pas!

     

     

    « la route des 7 lacs »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    moins gros! Profil de moins gros!
    Dimanche 31 Mars 2013 à 14:05

    Salut vous trois.

    Des photos de plus en plus belles. En espérant que le camion tienne le coup encore longtemps.

    Concernant le fameux amis breton, je vais le dire à Mick!!!

    A mercredi, j'espère.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :